Cliquez ici pour devenir Membre Contributeur
Forum Boutique Mes Cours A propos Publications scientifiques Journal RSF Faire un Don Login

L'origine quantique de la conscience humaine reçoit un premier soutien expérimental !

Par Dr Inés Urdaneta, physicienne à la Resonance Science Foundation

Des preuves expérimentales d'un comportement quantique dans les microtubules neuronaux pourraient étayer l'hypothèse de Penrose et Hameroff selon laquelle la conscience trouve son origine dans les microtubules des neurones, comme le décrit leur théorie appelée réduction objective orchestrée (Orch -OR). 

Dans de précédents articles de la RSF [1,2,3], le biophysicien William Brown avait abordé la théorie de la réduction objective orchestrée (Orch OR), proposée à l'origine par le physicien Roger Penrose et l'anesthésiste Stuart Hameroff, dans les années 1990.

Comme l'explique brillamment William Brown [1] :

L'une des principales caractéristiques de la théorie de Hameroff et Penrose est appelée "réduction objective orchestrée" (Orch-OR). Selon cette théorie, le vecteur d'état (la fonction d'onde qui décrit une particule) des électrons libres délocalisés dans la tubuline subit une réduction indépendante de l'observateur (un effondrement  objectif - et non subjectif - de la fonction d'onde). Au fur et à mesure que l'électron présente de plus en plus d'attributs non locaux, ce que l'on appelle une superposition, la géométrie sous-jacente de l'espace-temps "bifurque", et le degré de séparation entre les "bulles" d'espace-temps - mesurées en longueur de Planck - atteint une distance critique, moment auquel la géométrie de l'espace-temps devient instable et s'effondre."

Et il ajoute : " Ce mécanisme est désigné comme le critère de Diósi-Penrose de l'effondrement quantique induit par la gravité. Chacune de ces bifurcations et de ces effondrements représente un calcul quantique indéterminable, et la coordination d'une multitude de ces événements par l'intrication quantique (la partie orchestrée de la RO) permet des calculs quantiques massivement parallèles dans le cerveau. Comme le suggèrent Hameroff et Penrose, c'est ce qui produit la conscience. Comme la réduction du vecteur d'état est entièrement due à ce mécanisme stochastique, et qu'elle est donc indéterminée, elle confère à la conscience une caractéristique d'imprévisibilité."

La tubuline fait référence à une famille de protéines globulaires, et elles se polymérisent en microtubules, un composant majeur du cytosquelette des cellules eucaryotes (cellules animales et végétales). Les microtubules jouent un rôle essentiel dans les processus cellulaires, tels que la mitose (division cellulaire).

Figure (A) : Hétérodimères de tubuline α/β. Les molécules de GTP sont représentées en rouge. (B) Schémas d'une sous-unité et d'un protofilament.(C) Microtubule creux rigide constitué de 13 protofilaments. (D) Vue d'un segment court de microtubule au microscope électronique. (E) Vue de la structure annulaire constituée de 13 protofilaments au microscope électronique.
(Source : Alberts, et al. Molecular Biology of the Cell 6e, 2014).

L'idée que les effets quantiques dans les microtubules à l'intérieur des neurones sont principalement responsables de la conscience a été fortement débattue, pour une raison principale : le régime quantique est extrêmement sensible au bruit et à la température, de sorte que toute cohérence quantique à l'intérieur des microtubules serait balayée par les conditions chaudes et bruyantes du cerveau, à des échelles de temps bien avant qu'elle puisse avoir un quelconque effet sur les neurones. La conviction que le régime quantique est extrêmement fragile est profondément étayée par la théorie quantique et les observations expérimentales.

Néanmoins, des preuves convaincantes ont fait surface, selon lesquelles des effets quantiques peuvent être observés dans des environnements biologiques aussi bruyants et chauds, grâce aux recherches de Jack Tuszynski de l'Université d'Alberta au Canada et de ses collègues. Ils ont observé que la lumière projetée sur des microtubules était très lentement réémise pendant plusieurs minutes. D'après les expériences de Tuszynsk, il faut des centaines de millisecondes pour que les unités de tubuline émettent la moitié de la lumière, et il faut plus d'une seconde pour que les microtubules soient complets. Il est intéressant de noter que le cerveau humain a besoin de délais comparables pour traiter les informations.

“"La théorie de la réduction objective orchestrée (Orch OR) postule que les microtubules du cerveau sont le lieu où les instabilités gravitationnelles dans la structure de l'espace-temps brisent la délicate superposition quantique entre les particules, ce qui donne naissance à la conscience" ” Thomas Lewton, New Scientist magazine.

L'émission de lumière - connue sous le nom de luminescence - étant un phénomène quantique, cette découverte expérimentale montrant que des effets quantiques peuvent être observés dans les microtubules, à des échelles de temps et dans des conditions qui appartiennent au régime macroscopique classique, est très inattendue. L'échelle de temps observée ici mérite le nom d'"état quantique à longue durée de vie".

Hameroff, de l'université d'Arizona, a participé à l'étude qui consistait notamment à vérifier si les anesthésiants, qui permettent d'activer et de désactiver la conscience, peuvent avoir un impact sur les états quantiques à longue durée de vie observés dans les microtubules. Si tel était le cas, cela constituerait une preuve irréfutable que les effets quantiques des microtubules jouent un rôle dans la conscience. Et cela semble avoir été confirmé par les résultats de ces expériences qui montrent que les médicaments anesthésiants ont réduit le temps pendant lequel ces microtubules peuvent maintenir le comportement quantique observé. Le temps nécessaire aux microtubules pour réémettre la lumière piégée a été raccourci d'environ un cinquième avec l'utilisation d'anesthésiants.

Ce résultat est extrêmement pertinent, car il laisse entrevoir l'origine quantique de la conscience.

 

La perspective de la RSF :

Des preuves expérimentales surprenantes et inattendues du comportement quantique en biologie sont également apparues dans des échantillons inorganiques tels que le diamant macroscopique, où l'effet quantique connu sous le nom d'intrication est apparu... même à température ambiante !

Les résultats de Tuszynsk peuvent être expliqués dans le cadre proposé par Nassim Haramein et al, expliqué dans l'article publié "Le réseau unifié d'espace-mémoire : de la cosmogénèse à la conscience".  Dans ce travail, les auteurs décrivent comment il existe une fonction intégrale d'une dynamique de rétroaction de l'information intrinsèque au tissu de l'espace-temps, par le biais d'un réseau intriqué de trous de ver planckiens, engendrant la masse-énergie et constituant la pièce manquante pour comprendre l'évolution et le développement des organismes physiques et biologiques auto-organisés.  

 

Références:

[1] Confirmation of Quantum Resonance in Brain Microtubules https://resonance8.oldrsf.com/confirmation-quantum-resonance-brain-microtubules/

[2] https://www.resonancescience.org/blog/time-dilation-experiment-with-atomic-clock-opens-possibility-to-measure-relativistic-effects-in-matter-in-quantum-state

[3] https://s3.amazonaws.com/kajabi-storefronts-production/sites/98768/themes/1764141/downloads/q0k8LHxfR3IeIowKUZgj_USMN.pdf

More at: Quantum experiments add weight to a fringe theory of consciousness

 

 Unified Science Course  Unified Science Course  
Partagez cet article avec vos amis !

 


Inscrivez-vous gratuitement au Cours de Science Unifiée en ligne !

 
Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.