Cliquez ici pour devenir Membre Contributeur
Forum Boutique Mes Cours A propos Publications scientifiques Faire un Don Login

Une petite galaxie avec un grand coeur !

Photo: Image Hubble représentant la galaxie ESO 495-21 au centre. De la NASA/ESA

 

Notre compréhension des trous noirs a d'abord été un résultat mathématique (conséquence des équations de champ d'Einstein) sans contrepartie physique. Leur existence a ensuite été confirmée par leur détection au centre de diverses galaxies, et la visualisation de leur ombre grâce à l'image reconstruite présentée pour la première fois par l'initiative mondiale EHT. On pense désormais que chaque galaxie abrite un trou noir en son cœur.

Lorsque les premiers trous noirs ont été identifiés à partir d'observations cosmologiques, nous pensions qu'il s'agissait d'un comportement exceptionnel et extravagant dans l'univers, mais il s'est avéré qu'ils n'étaient pas si exceptionnels que cela puisqu'ils sont détectés de plus en plus fréquemment. Néanmoins, une énigme demeure et pas pour les mêmes raisons...

ESO 495-21 est une galaxie de seulement 3.000 années-lumière de diamètre, très petite comparée aux presque 53.000 années-lumière de diamètre de notre Voie lactée. Située à 30 millions d'années-lumière de nous, dans la constellation de Pyxis, elle présente deux caractéristiques contrastées par rapport à notre galaxie : elle donne naissance à un nombre énorme d'étoiles et elle abrite en son centre un gigantesque trou noir, bien plus grand que ce à quoi on pourrait s'attendre compte tenu de sa taille.

Les galaxies qui donnent naissance à des étoiles à un rythme exceptionnellement élevé - les pouponnières d'étoiles - créent des nouveaux-nés stellaires jusqu'à 1000 fois plus vite que notre galaxie et sont appelées galaxies à flambée d'étoiles, ou galaxies à sursaut de formation d'étoiles (Starburst galaxies en anglais). La galaxie ESO 495-21 est une galaxie à flambée d'étoiles naines, car elle est petite. Normalement, plus la galaxie est grande, plus on s’attend à ce que le trou noir en son centre soit massif. Si notre galaxie abrite en son centre Sagittarius A*, un trou noir supermassif plus de quatre millions de fois plus massif que notre Soleil, on s'attendrait à ce que Henize 2-10, le trou noir au centre d'ESO (3 % de la taille de notre galaxie), soit beaucoup plus petit. Mais à l’inverse, l'observation nous montre que la galaxie ESO 495-21 abrite en son centre un trou noir supermassif, un million de fois plus massif que notre Soleil !

Ce scénario extrêmement inhabituel soulève des questions sur nos modèles astrophysiques actuels et sur la relation entre les trous noirs, les galaxies et l'univers. Cette découverte est une forte indication que les trous noirs se forment en premier, et que les galaxies se forment et évoluent autour d'eux. La question est de savoir comment ?

 

Les galaxies se forment-elles en premier et agglomèrent-elles ensuite la matière en leur centre pour former des trous noirs, ou les trous noirs sont-ils préexistants et rassemblent-ils les galaxies autour d'eux ? Évoluent-elles ensemble, ou la réponse pourrait-elle être tout autre ?”

ESA/Centre d'information Hubble

 

La NASA/ESA a étudié les sursauts d'activité et exploré les régions très denses de quelques millions d'années au sein d'ESO 495-21. Les données composant les images ont été recueillies par le télescope spatial Hubble avec la caméra avancée pour les relevés, et la caméra Wide Field Planetary 2.

 

La perspective RSF

Cette découverte indique fortement que les trous noirs apparaissent en premier. Une question demeure donc : comment une galaxie peut-elle se former et évoluer autour d'eux ? La théorie des champs unifiés développée par Nassim Haramein révèle que non seulement les trous noirs apparaissent en premier, mais qu'ils sont en fait responsables de la formation de la matière et des galaxies postérieures, comme il le prétend depuis plus de 25 ans. Comme nous l'avons montré dans ce cours de Science Unifiée, toute la matière de l'univers, y compris l'univers lui-même, obéit à la condition d'un trou noir. Il existe une échelle fractale infinie de trous noirs, depuis les particules subatomiques jusqu'à l'échelle de l'Univers observable ! Ce sujet sera approfondi dans le module 8 suivant.


En ce sens, on pourrait littéralement dire que le trou noir au cœur de la Voie lactée EST le cœur de la galaxie. Non seulement, les observations astronomiques ont été incapables de réfuter les conclusions de Haramein, mais au contraire, elles pointent dans la même direction.

 

Article original en anglais : https://www.resonancescience.org/blog/A-tiny-Galaxy-with-a-Big-Heart

En savoir plus :

Hubble observed tiny galaxy with big heart.

 

 

 Unified Science Course  Unified Science Course  
Partagez cet article avec vos amis !

 


Inscrivez-vous gratuitement au Cours de Science Unifiée en ligne !

 
Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.