Cliquez ici pour devenir Membre Contributeur
Forum Boutique Mes Cours A propos Publications scientifiques Faire un Don Login

LE JOURNAL DE LA RSF

Plus de preuves du comportement collectif du cosmos

TEMPS DE LECTURE : 8MN

 

Article de Dr. Inès Urdaneta, physicienne chercheuse à la RSF, le 15 janvier 2021 

Il y a seulement quelques années de cela, les astronomes et les astrophysiciens ont été surpris par l’observation d’un comportement synchrone de galaxies, ne pouvant pas être expliqué par leurs champs gravitationnels propres. C'est le cas d'une étude menée par Joon Hyeop Lee, un astronome de l'Institut Coréen d'Astronomie et des Sciences Spatiales, publiée dans The Astrophysical Journal en octobre 2018, faisant état de centaines de galaxies tournant en rotations synchronisées, situées à des dizaines de millions d'années-lumière les unes des autres.

D’après les théories actuelles, il est impossible que des galaxies séparées de mégaparsecs (des millions d'années-lumière) interagissent...

Continue Reading...

L’univers est-il un réseau neuronal ?

TEMPS DE LECTURE : 10MN

 

Par Dr. Inès Urdaneta, physicienne à la Resonance Science Foundation, le 2 Octobre 2020.

Dans un de nos article précédent intitulé Entre le Modèle Holographique Généralisé et la Science des Data, nous avons abordé les possibilités qu’un réseau neuronal artificiel puisse apprendre et remplacer nos modèles scientifiques et que la réalité soit une simulation numérique. Sans le savoir, nous avons anticipé la récente étude de Vitaly Vanchurin, physicien à l’Université du Minnesota à Duluth (Etats-Unis), suggérant que nous vivons dans un réseau neuronal. Une idée audacieuse !

Dans notre article précédent nous avions anticipé l’impact des réseaux neuronaux artificiels et du Deep Learning…  ce que nous n’avions...

Continue Reading...

Au-delà de la science-fiction ! Extraire de l’énergie des trous noirs

TEMPS DE LECTURE : 5MN

 

Par Dr. Inès Urdaneta, Scientifique Chercheuse à la Resonance Science Foundation, 12 juillet 2020

Source Image : NASA/JPL-Caltech

En 1969, Roger Penrose a proposé une méthode permettant d’extraire l’énergie rotationnelle d’un trou noir en rotation, et a suggéré qu’une civilisation avancée pourrait y arriver en abaissant puis en relâchant la masse d’une structure qui est en co-rotation avec le trou noir. Le processus prendrait place dans la région juste à l’extérieur de l’horizon des événements du trou noir - appelé l’ergosphère - là où l’effet Lense-Thirring y est le plus fort, capable de « spaghettifier » un objet ; une partie de cet objet entrerait dans l’horizon des événements (à l’intérieur du trou noir)...

Continue Reading...

Le graphène démontre que le mouvement Brownien peut être source d’énergie

graphène énergie libre Dec 08, 2020

TEMPS DE LECTURE ESTIMÉ : 5mn

Par Dr. Inès Urdaneta, le 29 Novembre 2020 

 

Le graphène, l’un des nanomatériaux les plus importants développés jusqu’ici, continue de surprendre la communauté scientifique. Et cette fois-ci, c’est grâce à un phénomène extraordinaire découvert par un groupe de physiciens de l’Université de l’Arkansas. On parle ici d’utiliser l’agitation thermique des atomes de graphène comme source d’énergie !

Dans cet article récent, publié dans Physical Review E sous le nom de Courant à fluctuations induites provenant d’un graphène immobile (Fluctuation-induced current from freestanding graphene), l’équipe de chercheurs a développé avec succès un circuit capable de capturer l’agitation thermique du graphène et de la...

Continue Reading...

La masse manquante du Soleil

TEMPS DE LECTURE ESTIMÉ : 3mn

Article de William Brown, biophysicien à la RSF, le 04 octobre 2017.

 

En Bref : L’analyse des transmissions sonores et lumineuses à la surface du Soleil en utilisant un nouveau modèle en 3D (alors qu’habituellement les modèles utilisés sont en 2D) suggère que la composition chimique du Soleil est très différente de ce que nous pensions. Plus précisément, il apparait que la quantité d’éléments lourds du Soleil est beaucoup plus faible que ce qui avait été estimé – les éléments considérés comme lourds sont tous les éléments plus lourds que l’hydrogène et l’hélium, ce que les astronomes appellent « les métaux ». La cause en pourrait être l’utilisation obsolète de modèle en 2D qui...
Continue Reading...

Le Big Bang: Un Rebond ?

TEMPS DE LECTURE : 5mn

Par Dr Inès Urdaneta, Physicienne à la Resonance Science Foundation, le 19 Octobre 2020

 

La vision la plus largement répandue sur l’origine de notre Univers et celle d’une grande explosion, plus connu sous le terme de Big Bang. Les scientifiques se sont demandé ce qu’il s’était passé juste après, aux premiers instants de l’univers… et la vision la plus généralement acceptée parmi les cosmologistes est celle d’une expansion exponentielle, appelée théorie de l’inflation.

La théorie du Big Bang résulte d’un retour vers le passé dans le processus d’évolution de l’expansion de l’univers (comme l’aiguille d’une montre que l’on fait tourner à l’envers). S’il s’expanse au fur et à mesure que le temps avance, cela induit que dans un...

Continue Reading...

Le Prix Nobel de Physique 2020 revient aux Trous Noirs

cmb nobel physique trous noirs Nov 09, 2020

TEMPS DE LECTURE : 4mn

Par Dr. Inès Urdaneta, Physicienne à la Resonance Science Foundation, le 19 Octobre 2020

 

Le CMB, ou Cosmologic Microwave Background, correspond au Fond Diffus Cosmologique. L’image ci-dessus en est une simulation en fausses couleurs. Les différentes colorisations représentent les différences de températures dans le spectre micro-ondes par rapport au vide cosmologique. Elles sont les traces de l’activité passée de notre univers.

 

Récemment récompensé du Prix Nobel pour avoir découvert que la formation des trous noirs est une prédiction solide de la théorie de la relativité générale, Sir Roger Penrose avait auparavant développé une théorie connue sous le nom de "Cosmologie Cyclique Conforme" (CCC), qui postule que l’univers produit des itérations de lui-même à travers des...

Continue Reading...

Du Modèle Holographique Généralisé à la Science des Data

TEMPS DE LECTURE ESTIMÉ : 12 MINUTES
 
Par Inès Urdaneta, physicienne à la RSF, le 16 Janvier 2020
 
 
Il y a quelques mois, j’ai donné une conférence à l’Institut de Physique de l’Université Autonome de Puebla (IPUAP), sur la théorie holographique généralisée développée par Nassim Haramein. L’invitation fut un heureux hasard ; la prédiction du rayon muonique du proton par le modèle holographique d’Haramein – dans la précision expérimentale - venait d'être confirmée par les dernières mesures électroniques de l'hydrogène de Bezginov et al. 2019. Ces mesures ont également confirmé que le modèle standard en était décalé de 4 %, bien en deçà de la certitude expérimentale.
 
Je n'étais pas...
Continue Reading...

Des cohérences de structures à grande échelle dans la toile cosmique

TEMPS DE LECTURE ESTIMÉ : 4 MINUTES
 
Par Amira Val Baker, astrophysicienne à la RSF, le 25 Novembre 2019

 

Les galaxies semblent communiquer entre elles à travers de vastes distances jamais imaginées auparavant, remettant de nouveau en question le modèle cosmologique.

Ces structures délimitées par leur influence gravitationnelle sont constituées de gaz de poussières et de milliards d’étoiles et elles existent par milliers de milliards. Les galaxies les plus observées sont en forme de spirale tout comme notre chère Voie Lactée, tandis que d’autres sont elliptiques, lenticulaires ou irrégulières. La formation et l’évolution d’une galaxie peut se déduire grâce à ses cinématiques galactiques (ndt : ses mouvements), particulièrement dans sa rotation, laquelle est définie par la...
Continue Reading...

La Théorie de Nassim Haramein selon laquelle l’univers est en rotation reçoit de nouvelles confirmations

TEMPS DE LECTURE ESTIMÉ : 5 MINUTES
 
Par William Brown, biophysicien, le 4 Mars 2020

 

« … actuellement, il n’y a aucune explication quant au fait que l’axe de rotation des quasars soient alignés avec l’axe de rotation des grands groupes dont ils font partie. » - Damien Hutsemékers, Astronome à l’université de Liège, en Belgique.

Dans un article précédemment traduit, nous mentionnions l’évidence de la cohérence spatiale à grande échelle des axes de rotation des quasars s’étendant sur des mégaparsecs (des milliards d’années lumières). C’était la première preuve indéniable d’une structure à l’échelle cosmologique, ou de l’anisotropie (s’opposant à l’isotropie prévalente dans le modèle standard)...
Continue Reading...
1 2 3 4
Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.