Cliquez ici pour devenir Membre Contributeur
Forum Boutique Mes Cours A propos Publications scientifiques Faire un Don Login

Une Nouvelle Etude Examine l’Invariance d’Echelle de la Conscience dans l'Univers et Implique un Horizon des Evènements du Cerveau

cerveau conscience echelle Oct 30, 2020
TEMPS DE LECTURE ESTIMÉ : 4 MINUTES
 
Par William Brown, biophysicien à la RSF, le 9 Novembre 2017
 
 
Un article récemment publié dans The Journal of NeuroQuantology présente un modèle holofractographique quantifié, qui redéfinit le modèle scientifique de la physique de la conscience, de même que l'interaction de la dynamique de l'information depuis les niveaux les plus fondamentaux de l'univers jusqu'aux systèmes vivants et au cosmos dans son ensemble.
 
Des percées majeures dans l'étude de la physique de la conscience - et de la dynamique générale de l'information– ont lieu grâce à la découverte et à l'élucidation des principes holographiques et fractalsqui sous-tendent les propriétés fondamentales de la nature. Par exemple, dans une organisation fractale, le degré de complexité d'un système est sans échelle, ou invariable quelque soit le degré de magnitude. Cela signifie que l'on peut "zoomer" ou "dézoomer" sans fin, le même degré de complexité sera observé – en effet les motifs des modèles se répètent à l'infini. Cela a des implications pour la science de la conscience, car on suppose souvent que la conscience émerge dans un système lorsqu'elle a atteint un seuil important de complexité et d'intégration.

Pourtant, si la complexité ne varie pas selon l’échelle, est-il possible que les mêmes processus d'information engendrant la conscience dans un domaine observable se produisent également à des échelles plus petites ?

Une récente étude examine l’hypothèse de la nature invariante de la conscience, dans laquelle la géométrie toroïdale – la même que le double-tore - modèle la conscience à toutes les échelles fractales de l'univers. Elle examine également la façon dont la conscience s’agence dans le système cognitif humain comme un espace de travail holographique au sein du cerveau, comme un "horizon des événements du cerveau".
Les auteurs de l'article - le Dr Meijer, professeur émérite à l'université de Groningen (Pays-Bas), et le Dr Geesink, biophysicien qui a développé des technologies de protection contre les ondes électromagnétiques, dirigé des projets sur le développement de polymères ainsi que sur des nanotechnologies minérales DSM (Dynamic Spectrum Management, ou Gestion Dynamique des Spèctres) - ont réalisé des travaux révolutionnaires dans le domaine de la recherche en biophysique qui répondent à certaines des questions les plus difficiles encore en suspens en biologie et dans d'autres domaines scientifiques importants.
 
À partir d'une méta-analyse de plus de 500 publications biomédicales relatives au rayonnement électromagnétique (EM) et à son interaction avec le système biologique, Geesink et Meijer ont identifié un nouveau modèle spécifique de fréquences EM cohérentes qui ont des bio-résonances statistiquement significatives (résonances avec les ondes EM naturelles du corps).
 
Grâce à l'identification de domaines de fréquences EM spécifiques ayant des effets significatifs au sein du système inter et intracellulaire, les chercheurs ont pu corréler leurs données avec les résonances d'ondes connues comme celles :
- des nucléotides en solution aqueuse,
- des protéines et des enzymes
 
Ainsi qu'avec les vibrations induites par le son existant dans :
- les bio-polymères et les membranes cellulaires
 
La recherche décrit en détail l'interaction de la lumière et du son au sein du système biologique – autrement dit la façon dont les ondes photoniques, phononiques et solitoniques sont utilisées pour maintenir et diriger la cohérence et l'ordre du système inter et intra-cellulaire dans le développement et le traitement de l'information.
 
Les oscillations solitoniques au sein des grandes biomolécules peuvent entraîner une cohérence quantique, connue sous le nom de condensation de Fröhlich (ou de Frölich-Bose-Einstein), qui, comme l'ont expliqué Meijer et Geesink, peut créer des modèles d'ondes géométriques quantiques servant de guides pour les biomolécules et les cellules, un peu comme le modèle de l’onde pilote développé par De Broglie et Bohm (Voir l’article sur l’Expérience de Young pour mieux comprendre), démontrant comment les systèmes vivants et les échanges d'information qui sous-tendent la conscience de la vie résident à un niveau beaucoup plus subtil et profond de l'univers.
 
 
 
Publication originale (en anglais) :
 
Traduction proposée par Hugo Charles, relue et corrigée par Olivier Thomas
 
 
 
 Unified Science Course  Unified Science Course  
Partagez cet article avec vos amis !

 


Inscrivez-vous gratuitement au Cours de Science Unifiée en ligne !

 
Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.