Cliquez ici pour devenir Membre Contributeur
Forum Boutique Mes Cours A propos Publications scientifiques Journal RSF Faire un Don Login

Le modèle holographique généralisé, partie III : L'électron et la solution de la masse holographique

electron holographique Oct 29, 2022

La première observation directe de la structure orbitale d'un atome d'hydrogène excité, réalisée à l'aide d'un "microscope quantique" nouvellement développé." (Stodolna et al. / Physical Review Letters).

Par Inés Urdaneta, physicienne à la  Resonance Science Foundation

Dans la première partie de cette série, intitulée "Le modèle holographique généralisé, première partie : le principe holographique", nous avons présenté le principe holographique tel qu'il a été développé par David Bohm, Gerard 't Hooft, Jacob Bekenstein et Stephen Hawking. Ce principe stipule que l'information contenue dans le volume d'un trou noir est présente de manière holographique à sa surface ou à son horizon des événements. Puis, dans la deuxième partie "Le modèle holographique généralisé partie II : Gravité quantique et solution holographique de la masse", nous avons présenté la généralisation de ce principe par Nassim Haramein, où il inclut l'information du volume ou les degrés de liberté dans le volume également. Cette généralisation permet de définir un rapport holographique qui rend compte du transfert d'entropie ou de potentiel d'information de la surface au volume Φ, qui est un état d'équilibre ou un équilibre thermodynamique, équivalent à une constante de vitesse cinétique. Grâce à l'approche holographique généralisée, nous avons découvert que la masse du proton émerge de la structure granulaire de l'espace-temps à l'échelle de Planck en termes de potentiel de transfert d'information de la surface au volume Φ qui diminue avec l'augmentation du rayon de la particule.

Cette solution géométrique Φ fournit un calcul en régime permanent ou une valeur d'équilibre thermodynamique pour le grand nombre de petits oscillateurs de Planck ou PSU tournant ensemble (à la vitesse de la lumière ou très proche de celle-ci) pour former le vortex que nous appelons un proton. Par conséquent, cette solution géométrique concerne également la dynamique et l'évolution dans le temps, comme la vitesse, la quantité de mouvement et l'accélération, qui sont des aspects soumis à la théorie de la relativité. Dans cette troisième section, nous montrerons comment le Dr Amira Val Baker et al. démêlent cet aspect dynamique dans l'approche holographique généralisée pour expliquer la masse de l'électron. Ce calcul a été publié dans la revue Physics Essays (2019) [1].

La vitesse de rotation (également appelée vitesse angulaire) de l'ensemble des PSUs créant le vortex que nous appelons un proton, soumettrait ce système à la relativité restreinte et à la dilatation de masse (changements de masse) qui varie en fonction de la vitesse (comme nous l'avons vu dans le module 4 de notre cours de science unifiée, section 4.4.6 pour la force de confinement).

La théorie de la relativité restreinte d'Einstein explique qu'un objet subit une dilatation de sa masse par rapport à un observateur externe (référentiel d'observation externe) lorsqu'il est accéléré à la vitesse de la lumière par rapport à la vitesse de l'observateur. Par conséquent, lorsqu'un objet s'éloigne de l'horizon des événements des unités de Planck en co-mouvement qui constituent le proton, Haramein pense que la vitesse de l'objet diminue très rapidement et que, si c'est le cas, la masse-dilatation de l'objet diminue également très rapidement. Si la masse diminue, il en va de même pour la force gravitationnelle de cet objet.

La masse d'un objet au repos est appelée masse au repos (c'est la masse standard m à laquelle nous sommes tous habitués, et c'est une valeur d'équilibre) et dans cette sous-section, elle sera désignée par m0. Selon la théorie de la relativité restreinte, au fur et à mesure que l'objet se déplace et augmente sa vitesse, sa masse augmente selon l'équation m = ϒ m0, où ϒ est un facteur de proportionnalité entre m et m0 (ϒ = m/m0) qui tient compte de cette dilatation de la masse (et du temps également). Connu sous le nom de facteur de Lorentz, ϒ dépend du rapport v/c entre la vitesse de l'objet v et la vitesse de la lumière c. On rappelle que c = 299,792,458 m/s (mètres par seconde).

La figure ci-dessus illustre l'augmentation du facteur de Lorentz ϒ (ϒ = m/m0) pour un objet quelconque lorsque la vitesse v de cet objet (représentée ici en termes de pourcentage de sa vitesse v par rapport à la vitesse de la lumière c) augmente de zéro mouvement (ou v = 0) à la vitesse de la lumière (ou v = c).  Nous voyons que ce facteur ϒ commence par la valeur 1, ce qui signifie que la masse de l'objet est sa masse au repos, ou m = m0 lorsque l'objet est au repos (v = 0), et au fur et à mesure que l'objet augmente sa vitesse, ϒ croît très lentement (ϒ > 1) ainsi que sa masse, mais ensuite ϒ commence à augmenter très fortement lorsque la vitesse v de l'objet atteint 90% de la vitesse de la lumière c (v = 0,9c). Entre 90% et la vitesse de la lumière (0,9c < v <c), le facteur de Lorentz ϒ croît de manière exponentielle, ce qui indique que la masse augmente également, devenant infinie. C'est pourquoi on dit souvent qu'aucun objet ne peut atteindre la vitesse de la lumière, et que s'il le faisait, il deviendrait une singularité (c'est-à-dire un point de masse infinie ; il courberait l'espace-temps comme un trou noir). Dans la même figure ci-dessus, nous voyons la formule complète du facteur de Lorentz ϒ, qui est souvent exprimé comme son inverse, ϒ-1, tel que

On dit qu'un objet se déplace à des vitesses relativistes lorsque sa vitesse est comprise entre 80 % de la vitesse de la lumière et c (0,8c < v < c). Aux vitesses que nous rencontrons dans notre vie quotidienne, les effets relativistes comme la masse et la dilatation du temps sont le plus souvent imperceptibles. Néanmoins, pour que notre GPS puisse donner des positions précises, ces effets relativistes doivent être pris en compte.

En utilisant l'analogie d'un canard en caoutchouc dans une baignoire remplie d'eau, si le canard en caoutchouc est loin de la bonde, il tournera lentement, mais en se rapprochant, sa vitesse de rotation augmentera rapidement car il entrera dans la région des particules d'eau plus cohérentes qui se déplacent ensemble et qui constituent le vortex créé par le gradient de l'échange air-eau dans la bonde. Ce tourbillon est une analogie parfaite de celui créé par la singularité au centre d'un trou noir (il a été récemment prouvé que les trous noirs admettent la structure tourbillonnaire). Imaginons maintenant que le tourbillon tourne à la vitesse de la lumière, de sorte que le canard en caoutchouc atteigne presque la vitesse de la lumière en s'approchant de la bonde ; l'augmentation de la masse du canard créerait une augmentation équivalente de la force gravitationnelle que le canard en caoutchouc exerce sur son environnement. Si le canard était éloigné de la bonde et que sa vitesse diminuait, la masse-dilatation du canard diminuerait également.

Dans le contexte de notre modèle holographique généralisé, un atome d'hydrogène composé principalement d'un proton dans le noyau et d'un électron en orbite autour de lui peut être représenté comme suit : puisque le volume du proton avec un rayon de charge rp est composé de ces PSU qui tournent de manière cohérente (comme les molécules d'eau qui se déplacent de manière cohérente pour créer le tourbillon dans le drain dans l'exemple de la baignoire) à des vitesses relativistes, nous imaginons d'abord l'électron comme une particule sonde (le canard en caoutchouc) propulsée par ce champ tournant créé par le proton. Nous imaginons que la vitesse de rotation de l'électron augmente au fur et à mesure qu'il s'approche du proton qui tourne à c en son centre (équivalent du canard en caoutchouc s'approchant de la bonde), et donc que la masse de l'électron augmente également. D'autre part, si un électron sonde circulant dans ce vortex s'éloigne de celui-ci, sa vitesse diminuera, et donc sa masse aussi.

Si nous évaluons l'inverse du facteur de Lorentz (ϒ-1 = m0/m) alors qu'une particule sonde s'éloigne d'un proton tournant à la vitesse de la lumière c, et donc diminue sa vitesse, et traçons ϒ-1, nous obtenons la figure ci-dessous. Sur la partie gauche du tracé, nous voyons que la masse m commence à la masse au repos du proton m = mp= m0, et au fur et à mesure que nous nous déplaçons vers la droite le long de l'axe horizontal, la vitesse diminue (et donc le rapport v/c diminue) et la masse m diminue aussi, devenant la masse connue de l'électron me (m = me) lorsque la vitesse a atteint la valeur v = α c , qui est la vitesse attendue de l'électron dans la première orbitale de l'atome d'hydrogène de Bohr (v ≈ c/137 = 2. 18 x 106 m/s), α étant la constante de structure fine (α ≈ 1/137). Notez que le tracé ci-dessous diffère du précédent - dans lequel ϒ allait à l'infini - car il s'agit de l'inverse ϒ-1 au lieu de ϒ, d'où la vitesse v diminue (au lieu d'augmenter) à mesure que l'on se déplace vers la droite le long de l'axe horizontal.

Les caractéristiques de ϒ-1 que nous venons de décrire sont très révélatrices. Elles nous indiquent qu'il semble y avoir une transition continue de la masse du proton à celle de l'électron, exprimée par leurs vitesses. Par conséquent, au lieu de penser à l'électron comme à un système séparé, comme une particule en orbite autour du noyau, l'électron pourrait plutôt être considéré comme une caractéristique inhérente à la dynamique du proton ; une distribution ou un nuage d'énergie potentielle s'étendant spatialement hors du proton jusqu'au rayon auquel le volume englobe le nuage d'électrons d'un atome d'hydrogène de Bohr, puisque nous avons vu sur la figure ci-dessus que l'électron atteint la masse mà la vitesse attendue d'un électron dans la première orbite du modèle de Bohr de l'atome d'hydrogène. Dans le modèle de Bohr, le rayon de Bohr (a0) est une constante qui donne la distance la plus probable entre le noyau et l'électron d'un atome d'hydrogène dans son état fondamental (l'état fondamental signifie que l'électron se trouve dans l'état fondamental de l'atome : la première orbite ou le niveau atomique n=1), et sa valeur est a0 = 5,29177210903(80)×10−11 m (les chiffres entre parenthèses indiquent qu'il y a une incertitude dans ces derniers chiffres ; cela établit la précision de la valeur). Pour plus de clarté, voir la figure ci-dessous, en gardant à l'esprit que les distances ne sont pas à l'échelle ; le rayon du proton rp serait trop petit (deux ordres de grandeur plus petit) par rapport à a0 pour apparaître dans cette figure.

Par conséquent, nous devons considérer la relation de rapport holographique lorsque nous étendons le rayon des PSU de Planck co-oscillants au-delà du rayon de charge du proton (r > rp) où rest le rayon de charge du proton. Il est donc raisonnable de considérer une relation de vitesse dans la solution holographique de la masse qui devient significative à des vitesses inférieures à c (v < c) qui, dans ce cas, apparaîtrait à r > rp . En utilisant l'approche holographique, nous devrions nous attendre à ce que, puisque le rayon r est plus grand que rp (c'est-à-dire pour tout r > rp ), la masse m devienne plus petite ou diminue en dessous de la masse du proton mp (m mp).

Ces considérations nous font réaliser que l'équation holographique déjà dérivée pour la masse du proton mp (mp = 2 Φ ml présentée dans la deuxième partie de cette série) pourrait aussi être interprétée comme une dilatation de la masse (dans ce cas, une diminution de la masse puisque nous nous éloignons de la vitesse de la lumière c) puisque mp est beaucoup plus petite que la masse de Planck ml, comme si la relation de vitesse ou facteur de Lorentz était déjà prise en compte par ce facteur 2 Φ, et tout ce que nous avons à faire pour étendre cette relation de vitesse lorsque le rayon r augmente au-delà du rayon rp du proton (et il en va de même pour le rapport surface-volume holographique en termes de ce rayon variable r), c'est de remplacer le facteur 2 dans la solution holographique pour le proton, par un paramètre géométrique général et inconnu β, obtenant une équation générale mr = β Φr,l ml qui rend compte d'une masse mr diminuée lorsque nous nous éloignons du rayon rp du proton.

Par conséquent, l'expression d'une dilatation de masse dépend maintenant d'un rapport holographique surface-volume Φr,l  donné en termes de PSU qui pavent une surface et remplissent un volume (où les deux dépendent d'un rayon variable r) "mis à l'échelle" par β, au lieu de dépendre de l'ancien facteur de Lorentz ϒ qui dépend de la relation de vitesse v/c.

De façon remarquable, lorsque le rayon r atteint le rayon de Bohr a0 (c'est-à-dire lorsque r = a0 ) et en utilisant un facteur géométrique β = 1/(2α) les auteurs trouvent une masse en accord précis avec la masse expérimentale de l'électron ! Ceci confirme l'hypothèse initiale du système proton-électron comme une entité continue. La solution pour la masse de l'électron borné peut donc être donnée comme suit :

 

rl est le rayon de Planck rl = l / 2 , l étant la longueur de Planck.

Cette solution conforte l'hypothèse selon laquelle le facteur géométrique β = 1/(2α) dans l'expression de me est analogue à un facteur de Lorentz, mais en termes de distances (rayon) au lieu de vitesses, et qu'il s'étend de la masse de Planck directement à la masse de l'électron, sans avoir à s'arrêter au proton, bien que nous sachions que le proton est implicitement inclus dans cette expression, puisque son rayon se situe entre le rayon de Planck et le rayon de Bohr (rl < rp < a0). Cela fournit également des indices sur le problème de la hiérarchie, qui sera abordé dans la prochaine sous-section.

Avec cette solution, le Dr. Val Baker et al. ont trouvé une masse me = 9.10938(30)x10-28 g avec une précision de 10-5, ce qui est dans la précision de l'expérience puisqu'elle est exacte à 1σ près par rapport à la valeur CODATA 2018 de 9.10938(37) x 10-28 g. En comparaison avec l'équation (1) pour la masse de l'électron décrite dans notre ancien article RSF intitulé Une brève histoire de l'électron, où, comme on peut s'en souvenir, me a été calculé en utilisant la constante de Rydberg et la vitesse de la lumière, c, entre autres paramètres expérimentaux. Notre solution holographique est remarquable car elle est dérivée de considérations géométriques et de vélocité de premier principe uniquement !

 

Dans l'exemple du canard en caoutchouc, deux différences doivent être remarquées. Premièrement, que le canard n'est pas une partie inhérente de l'eau de la baignoire, alors que l'électron fait intrinsèquement partie de la dynamique du proton dans l'atome d'hydrogène. Deuxièmement, nous savons que le canard tomberait dans le drain parce que la baignoire n'est pas en état de résonance, et qu'elle ne crée pas normalement d'états d'ondes stationnaires résonnantes ou rotationnelles. Si la baignoire était en mesure de créer cet état de résonance résultant de toute la dynamique de l'eau dans une boucle de rétroaction, le canard tournerait sur une orbite stable, une orbite stable étant ce que nous appelons un électron lié dans l'exemple de l'atome d'hydrogène.

Dans cette optique, l'électron lié (c'est-à-dire l'électron à l'intérieur de l'hydrogène) est la première condition limite (la première résonance ou état résonnant, onde stationnaire) créée par la dynamique d'interférence du spin et des ondes des fluctuations du vide à l'intérieur du volume du proton, et elle se produit au rayon de Bohr a0. Comme il s'agit de la première condition limite stable, elle a été interprétée comme une orbitale, mais en réalité, cette orbitale est un nuage d'énergie potentielle, ou plus précisément, de charge que nous appelons un électron, comme l'avait prédit la mécanique quantique, sauf qu'elle n'est pas de nature probabiliste comme l'interprétait la théorie quantique, mais réelle. Il s'agit d'une véritable onde stationnaire de distribution de charge (ou de polarisation due au spin ou au moment angulaire) autour du proton.

Image reproduite avec l'aimable autorisation du Dr Val Baker.
.

Comme le Dr. Val Baker l'a déclaré :

Pour moi, cette solution holographique est non seulement d'une précision significative, mais elle donne également un aperçu de la dynamique physique et mécanique de la structure granulaire du vide à l'échelle de Planck de l'espace-temps et de son rôle en tant que source de moment angulaire, de masse et de charge. La définition démontre clairement que les vitesses angulaires différentielles du comportement cohérent collectif des bits d'information de Planck (PSU) déterminent les conditions limites d'échelle spécifiques et les relations masse-énergie que nous appelons proton, électron, etc.

Ces conditions limites spécifiques sont définies par le facteur géométrique général et complet βΦr,l (analogue à un facteur de Lorentz pour le modèle holographique généralisé) dans l'expression de mr qui diminue de la masse de Planck vers des particules de masse plus petite à mesure que nous nous éloignons du rayon de Planck rl (qui est la longueur de Planck l divisée par 2, (ou rl = l/2 ). La loi d'échelle universelle qui sera publiée dans le prochain module 8 de notre cours de science unifiée est basée sur ce principe de trouver le facteur géométrique approprié et complet pour mettre à l'échelle les masses et les rayons de tous les objets, à partir de l'échelle de Planck et en dessous, jusqu'à l'univers et au-delà ! Il s'agit donc d'un facteur d'échelle ou d'un facteur fractal holographique ...

De plus, cette solution ne nécessite pas l'interprétation probabiliste de l'électron, car l'électron, le proton et toutes les masses émergent d'un gradient de vitesse qui crée un gradient de densité et un comportement cohérent des fluctuations du vide, qui sont de véritables rotations du vide quantique. Par conséquent, cette solution remet en question la nature probabiliste de l'interprétation de Copenhague de la mécanique quantique en réintégrant un comportement de mécanique classique ou fluide (bien que relativiste, étant donné les vitesses impliquées) dans le domaine atomique. De plus, puisque la partie géométrique de la description implicite dans la solution holographique est basée sur la géométrie et la discrétisation des entités PSU, elle est quantifiée par nature, et fait donc naturellement le pont entre la relativité générale (impliquée dans le facteur β, qui provient de considérations relativistes) et la physique quantique (impliquée dans la masse de Planck ml). Et puisque ces PSU sont aussi des bits d'information, cette solution relie à la fois la gravité et la relativité avec la théorie de l'information (entropie).

 

Extension de la solution holographique à d'autres atomes

La solution pour un électron peut être étendue à d'autres rayons inférieurs au rayon de Bohr. Pour ce faire, on étend la solution de la masse holographique pour l'électron dans l'état n = 1 à des rayons plus petits que le rayon de Bohr (r < a0), ce qui donne l'équation suivante :

où Φr(r) est le rapport holographique, qui est maintenant une fonction qui dépend du rayon r pour les rayons inférieurs à a0 et où N est un nombre entier..

Le côté gauche de l'équation ci-dessus, qui exprime la solution de masse holographique en fonction du rayon r, peut être évalué à chaque valeur de r, et peut être tracé comme indiqué dans la figure ci-dessous, où nous observons que la solution de masse holographique augmente avec la diminution du rayon r (c'est-à-dire en allant de droite à gauche dans la figure ci-dessous). Nous pouvons également voir que l'augmentation de la solution holographique à des quantités entières spécifiques N de me correspond séquentiellement avec l'augmentation de N aux atomes après l'hydrogène (c'est-à-dire, après m = me ). En gros, cela signifie que cette solution donne la masse totale des électrons pour chaque atome du tableau périodique comme le potentiel électronique complet à l'état fondamental (n = 1) de chaque atome. Le rayon, qui définit l'étendue de la vorticité, diminue avec l'augmentation du nombre d'électrons, ce qui suggère que le vortex devient plus "serré" lorsque le potentiel électronique augmente.

Figure:: Tracé de la solution de la masse holographique en fonction du rayon. Note : la masse holographique est égale à me aux rayons correspondants de a0 /N. Par exemple, la masse holographique est égale à la masse d'un électron au rayon de l'atome d'hydrogène dans son état n=1 ; elle est égale à la masse de deux électrons au rayon de l'atome d'hélium dans son état n=1 ; elle est égale à la masse de trois électrons au rayon de l'atome de lithium dans son état n=1, et ainsi de suite. Remarque : cette relation n'apparaît sur le graphique que pour les trois premiers éléments, mais elle se poursuit pour tous les éléments connus..


Plus précisément, nous pouvons voir que la masse holographique est égale à me aux rayons correspondants de a0 / N. Par exemple, la masse holographique est égale à la masse d'un électron (m = me ) au rayon de l'atome d'hydrogène dans son état n = 1 (écrit comme r = r (Hn=1) dans la figure ci-dessus, ce qui signifie que r = a0. Elle est égale à la masse de deux électrons (m = 2me) au rayon de l'atome d'hélium (He) dans son état n = 1 (écrit r = r (Hen=1) dans la figure ci-dessus). La masse holographique est égale à la masse de trois électrons (m = 2me) au rayon de l'atome de lithium (Li) dans son état n = 1 (écrit r = r (Lin=1) dans la figure ci-dessus), et ainsi de suite. Cette relation n'apparaît sur le graphique que pour les trois premiers éléments, mais elle se poursuit pour tous les éléments connus.

Avec cette solution généralisée pour tous les éléments, nous identifions N comme étant le numéro atomique Z, où pour des fractions progressivement plus petites de a0, nous trouvons une relation proportionnelle intéressante entre la masse holographique et la masse de l'électron, comme cela a été vu dans la figure ci-dessus.

Tableau périodique des éléments. Le numéro atomique Z (en haut à gauche de chaque carré) indique le nombre de protons, qui est égal au nombre d'électrons, dans l'atome. L'atome est neutre (il a une charge positive et négative égale). Dmitri Mendeleev, via Wikimedia Commons/Jonathan Aprea

Cette nouvelle dérivation de l'électron étend la solution holographique de la masse à l'atome de Bohr d'hydrogène et à tous les éléments connus dans leur état fondamental (état n = 1), définissant leur structure atomique et leur charge par la fluctuation électromagnétique de l'échelle de Planck. En outre, le numéro atomique Z émerge comme une conséquence naturelle de cette approche géométrique.

En ce qui concerne la description dynamique de l'atome d'hydrogène, puisque le modèle holographique d'Haramein décrit le proton comme un trou noir (comme cela a été expliqué dans la deuxième partie de cette série), l'atome entier (proton et ses enveloppes électroniques) pourrait être considéré comme s'il était un trou noir, où l'électron représente l'ergosphère du proton-trou noir. Un parallélisme similaire entre un atome de Bohr et les trous noirs a été suggéré très récemment par l'astrophysicien / physicien théoricien Christian Corda, rédacteur en chef de la revue internationale "Journal of High Energy Physics, Gravitation and Cosmology" et "Theoretical Physics". Dans le modèle de Corda [2] [3], un trou noir est similaire au modèle semi-classique de l'atome d'hydrogène de Bohr, où les modes normaux quantiques (QNM) de vibration dans l'atome représentent les sauts des électrons entre les orbitales, et la valeur absolue des fréquences électromagnétiques QNM déclenchées par l'émission et l'absorption de particules (équivalentes au rayonnement de Hawking pour les trous noirs) représentent les enveloppes énergétiques du trou noir gravitationnel "atome d'hydrogène".

 

... un petit peu de chimie

Comme nous l'avons expliqué dans un article précédent intitulé Une brève histoire de l'électron, le modèle de Bohr a été utilisé pour déterminer certaines propriétés des spectres atomiques. Le modèle de Bohr considérait des coquilles électroniques concentriques entre lesquelles les électrons sautaient, et ces sauts étaient associés aux formes observées dans les spectres d'émission : s pour net, p pour principal, d pour diffus, et f pour fondamental (c'est pourquoi les orbitales ont cette nomenclature s,p,d,f. Par exemple, l'état n=1 de tous les atomes est une orbitale sphérique également appelée orbitale 1s). Cette régularité des spectres de raies a été reliée à des régularités de propriétés chimiques, fournissant un argument pour les spectres de rayons X des éléments réalisés par Henry Moseley en 1914 pour établir une base expérimentale en accord avec le tableau périodique des éléments créé des décennies auparavant, en 1869, par le professeur de chimie russe Dmitri Mendeleïev.

Comme la structure atomique était inconnue à l'époque, Mendeleïev avait organisé les éléments en mesurant leur masse atomique, ce qui s'était avéré être un critère précis pour prédire leurs propriétés chimiques. C'est après la découverte du noyau atomique par Ernest Rutherford en 1911 que le modèle de charge entière du noyau et sa valeur ont été confirmés expérimentalement par Moseley, qui a défini la charge nucléaire comme le nombre de protons dans le noyau et l'a nommée numéro atomique (Z). Le numéro atomique crée une séquence basée sur des nombres entiers, et c'est la définition absolue d'un élément. Comme Z est un nombre entier, c'est aussi une caractéristique de la quantification.

Il y a un aspect thermodynamique à la solution holographique pour l'électron et son extension à tous les atomes, associé au rapport holographique Φ, qui est un taux de transfert d'information volume-surface, similaire à la constante cinétique k(T) utilisée dans les réactions chimiques. Une réaction chimique est essentiellement un réarrangement d'atomes à l'intérieur d'une molécule ou un échange d'atomes entre molécules (un échange d'un nombre entier d'atomes). Pour que l'une de ces réactions se produise, un changement d'énergie est impliqué. Si la réaction chimique est endothermique (endothermique signifie absorber de la chaleur), il faut fournir une certaine quantité d'énergie pour qu'elle se produise (généralement en chauffant le récipient contenant les substances pour la réaction). Par conséquent, cette réaction ne se produit pas spontanément. Si la réaction est exothermique (dégageant de la chaleur), elle se produira spontanément, libérant de l'énergie (généralement sous forme de chaleur également). Cette caractéristique des réactions chimiques est associée à k(T), une constante de vitesse de réaction qui dépend de la température T et est associée à l'énergie libre d'activation de Gibbs, une quantité qui peut être considérée comme l'énergie nécessaire pour atteindre l'état de transition d'une réaction chimique, convertissant les réactifs en produits. La théorie de l'état de transition (TST) des réactions chimiques est utilisée principalement pour comprendre qualitativement comment les réactions chimiques ont lieu.In the case of the holographic ratio Φ, it could be seen as a kinetic or reaction rate constant associated with the Gibbs free energy of the surface-to-volume information exchange, i.e., the energy exchange in the event horizon. In this sense, Φ represents a thermodynamic steady state calculation.

La loi d'échelle universelle qui sera publiée par Nassim Haramein et Olivier Alirol, intitulée "Echelle invariante d'unification des forces, des champs et des particules dans un plasma de vide quantique" (qui, une fois publiée, sera traitée en détail dans le module 8) est basée sur ce principe de trouver le facteur géométrique approprié et complet pour mettre à l'échelle les masses et les rayons de tous les objets, de l'échelle de Planck et en dessous, jusqu'à l'univers et au-delà. Il s'agit donc d'un facteur d'échelle ou d'un facteur fractal holographique...  Il s'agit d'une théorie complète du champ unifié !

Note au lecteur : Cet article fait partie du module 7, section 7.1 de notre cours de science unifiée, qui est maintenant disponible en ligne, gratuitement.  .  


Références

[1] Val baker, A.K.F, Haramein, N. and Alirol, O. (2019). The Electron and the Holographic Mass Solution, Physics Essays, Vol 32, Pages 255-262.

[2] Corda, C.; Feleppa, F. Black Hole as Gravitational Hydrogen Atom by Rosen’s Quantization Approach. Preprints 2018, 2018100413 (doi: 10.20944/preprints201810.0413.v1).

[3] Quasi Normal modes: The "Electrons" of black holes as "Gravitational atoms"? Implications for the Black hole information puzzle. Advances in High Energy Physics, Volume 2015, Article ID 867601, 16

[4] Heilbron, John L. (1985). "Bohr's First Theories of the Atom". A. P.; Kennedy, P. J. (eds.). Niels Bohr: A Centenary Volume. Cambridge, Massachusetts: Harvard University Press. pp. 33–49

Close

50% Complete

Two Step

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.